L’auteure

Roxanne2
Photo: Pierre-Luc Landreville

___ ___ ___

Roxanne Bouchard lit beaucoup, mais rit surtout. Le reste du temps, elle écrit. Seule et en cachette, elle se met l’oeil dans le trou de la serrure et épie, avec humour et sensibilité, ce qui se passe dans les huis clos du monde.

RÉALISATIONS

Diplômée de l’Université de Montréal  en littérature française (bacc), de l’UQAM en arts et lettres (maîtrise) et en histoire/histoire de l’art (certificat), elle enseigne, depuis 1994, la littérature au cégep de Joliette.

LIVRES PUBLIÉS

2019 (à paraître) — La mariée de corail, une deuxième enquête de Joaquin Moralès.

2017 — 5 balles dans la tête, récits de guerres, Québec/Amérique, 304 pages.

2016 — J’t’aime encore, monologue amoureux, VLB, Montréal, 128 p.

2014 — Nous étions le sel de la mer, VLB, Montréal, 351 pages.
Parution en anglais : We were the salt of the sea., Trad. David Warriner, Orenda Books, Londres, 2018, 268p.

2013 — En terrain miné , correspondance en temps de guerre, avec le cpl Patrick Kègle, VLB, 232p.

2012 — Whisky et paraboles,, VLB éditeur, 193 p.

2007 — La gifle, Coups de tête, Montréal, 106 p. (Épuisé.) En édition Typo depuis 2010.

2005 — Whisky et paraboles,, VLB, Montréal, 276 p. (Épuisé.) En édition Typo depuis 2007.

SPECTACLES 

2018-… — J’t’aime encore, pièce de théâtre actuellement en tournée. Mise en scène François Bernier, interprétation Marie-Joanne Boucher. Plus d’une soixantaine de représentations vendues, dont vingt à La Licorne à Montréal.

2014-2016 — « À travers elle », théâtre dans Photosensible. Mise en scène et interprétation La Vierge Folle. Une trentaine de représentations au théâtre Premier Acte à Québec et au Prospéro à Montréal.

2010 — Bascule, Spectacle danse et littérature en collaboration avec la chorégraphe Julie Pilon.

NOUVELLES ET ARTICLES

2017 — « La classe de création » paru dans Le réseau des cégeps : trajectoires de réussites, PUL.

2016 — « Nous venons de loin », paru dans À la rencontre de l’autre : la solidarité dans la diversité, CRÉDIL.

2016 — « Lire avec les oreilles », paru dans le dépliant fêtant les 10 ans de l’organisme À voix haute.

2015 — « Rififi à la bibli », dans Crimes à la bibliothèque (collectif de nouvelles) Druide.

2015 — « Comme la fois où je suis allée à la taverne », Comme la fois (recueil de récits romancés), VLB.

2014 — « Un moment d’égarement », dans NU, dir. Stéphane Dompierre, Québec/Amérique.

2012 — « Généreuse McGill ? », Le Devoir, 14 novembre 2012, Mtl, p. A 5.

2009 — « Histoire d’amours », dans Five Dial, Number 15, The November Issu, http://fivedials.com/files/fivedials_no15.pdf, novembre 2009.

2008 — Lettre d’amour sans titre dans 1000 mots d’amour, Les Impatients, janvier 2008.

2007 — « Surf ‘n turf », Moebius : À table !, no 115, sous la dir. Francine Allard, Triptyque, Mtl, nov. 2007.

2007 — « Lettre de Caplan », Correspondances d’écrivains, Ici, Mtl, 9 août 2007.

2006-2007 — Divers articles dans L’Unique (L’UNEQ), dans L’Artefact (Conseil de la Culture de Lanaudière).

2006 — « Carribean dream », Moebius : Compassion, no110, dir. Diane Poirier, Triptyque, Mtl, pp.127-128.

EN COURS

En ce moment, elle fait de la recherche pour un roman qui se situera sur un bateau de chasse aux phoques au large des Îles-de-la-Madeleine.

Son prochain roman, La mariée de corail, est en processus de publication. Une pièce extraite de 5 balles dans la tête est en lecture du côté d’une compagnie théâtrale.

CONTACT

Vous pouvez la rejoindre par courriel à cette adresse: roxannebouchard@yahoo.com.

PRIX ET DISTINCTIONS

2018 — We were the salt of the sea, Orenda Books
— Finaliste First Book Award, Internationl Book Fest Edimburgh, Écosse

2017 — Cinq balles dans la tête (récits de guerre), Québec/Amérique
— Gagnant du Prix littérature des Grands Prix Desjardins de Lanaudière

2017 — J’t’aime encore (monologue amoureux), VLB, 2016
— Finaliste au Prix Littérature des Grands Prix Desjardins de Lanaudière

2015 — Nous étions le sel de la mer (roman), VLB, 2015
— Finaliste Prix Tenebris des Printemps meurtriers
— Finaliste au Prix France/Québec
— Finaliste au Prix Henri Quéffelec du roman marin en Bretagne, France
— Liste préliminaire au Prix des libraires

2013 — En terrain miné (correspondance), VLB, 2013
— Gagnant du Prix Littérature des Grands Prix Desjardins de Lanaudière

2007 — La Gifle, Coups de tête, 2007
— Gagnant du Prix de la Relève culturelle Grands Prix Desjardins de Lanaudière

2007 — Whisky et Paraboles (roman), VLB éditeur, 2005
— Finaliste au Prix Anne Hébert du Salon du Livre de Paris, France
— Gagnant du Grand Prix de la Relève littéraire Archambault

2005 — Whisky et Paraboles (roman), VLB éditeur, 2005
— Gagnant du Prix Robert-Cliche 2005

56 réflexions sur “L’auteure”

  1. Merci! Roxanne, le livre En terrain miné m’a particulièrement touchée… J’ai pleuré, j’ai ri, j’ai fait tous les temps. Que dire de plus? Je n’ai jamais eu votre pensée initiale d’être antimilitarisme, j’ai toujours eu un respect énorme pour ces hommes et femmes, mais par votre livre, j’ai grandement appris: j’ai su comprendre beaucoup plus ce que c’est que ces deux visions. Je quitte ce livre en étant une plus grande personne, à la recherche d’un meilleur monde, comme Patrick et vous. Tant qu’il y a de l’espoir, rien n’est perdu 😉 bonne fin soirée! Lyne

    1. Bonjour Lyne,
      Merci pour ce mot!
      Travailler avec les militaires m’apprend beaucoup. Je découvre des générosités incroyables et un autre sens au mot « humanité ».
      Au plaisir,
      Roxanne

  2. Quelle joie de te revoir la binette aprés tant d’année. Comme le monde de la voile est petit, j’ai rencontré des voileux dans un yacht club de St-Maarten qui te connaissaient et qui m’ont appris la bonne nouvelle…tlmep et ton fameux livre sur ta correspondance de guerre qui m’avait intrigué dès que tu m’en avais parlé sur la plage de Bequia. Je viens de terminer ton livre, j’ai adoré. Touchant, un livre qui transpire l’amour, l’humanité sous son plus beau jour. Merci.
    Erika de NormtheStorm. XX

  3. Je viens de terminer votre magnifique livre…UN GROS BRAVO………je l’ai lu d’une traite ….incapable de m’en detacher….MERCI!

  4. Bonjour,

    D’abord bravo pour cette belle idée.

    J’ai été particulièrement touchée et intéressée par votre correspondance. Mon copain est lui aussi dans l’armée, dans la réserve et j’avoue que, tout comme vous, je partage davantage l’idéologie antimilitariste. J’ai ainsi acheté votre livre dans l’espoir d’en apprendre plus, ce qui est chose faite. Vos échanges avec le caporal m’ont permis de comprendre davantage les discours prononcés par mon copain et d’en apprendre un peu plus sur la situation des troupes canadiennes en sol afghan.

    Merci d’avoir si généreusement accepté de nous partager une parcelle de votre amitié!

    1. Allô Alexandrine,
      Plus j’en apprends sur l’univers militaire québécois, plus j’ai envie de raconter la bravoure, trop souvent méconnue, des soldats d’ici. Je travaille actuellement sur un autre projet qui, s’il voit le jour, mettra un peu en lumière leur force de caractère et leur dévouement.
      Je m’aperçois qu’on peut être contre les armes, mais difficilement contre la bienveillance des hommes.
      Merci de votre commentaire.

  5. Je veux vous dire que votre livre En terrain miné est très très bon, Et merci davoir partager votre correspondance avec nous. Et bravo aussi à Patrick. J’ai ma fille qui a fait 2 missions en Afghanistan. La 3e sera pour le mois de mai 2013 à Kaboul. Je vais lui faire lire votre bon livre. Merci encore.
    Rollande Emond

    1. Bonjour Mme Emond,
      Votre fille fait preuve d’un grand courage… et vous aussi! Les familles de militaires ont droit à tout notre respect! Votre fille est dans quel corps de métier?
      Roxanne

  6. À vous deux, Mme Bouchard et M. Kègle, votre conversation est riche et enrichissante parce qu’authentique et franche. C’est ce qui fait votre force. Nulle part on a senti le désir de l’un de dominer l’autre. C’est précieux, très précieux même.

    Comme vous l’écrivez si bien Mme Bouchard, vous et M. Kègle avez bâti une citadelle de l’amitié où le refuge est possible. Je vais me rappeler cette phrase pour toujours.

    Je suis heureux pour vous deux !

    P.S. J’aime bien, Mme Bouchard, votre style d’écriture «un peu baveux.» Vous savez mettre du piquant dans une conversation !

    1. M.Libersan,
      Si on m’avait dit, y’a dix ans, qu’un jour, je serais amie avec un militaire, je l’aurais pas cru. Et là, en ce moment, je commence un autre projet d’écriture avec un gang de soldats… Si ça continue, je vais finir en camouflage!
      Merci pour vos bons mots!
      Roxanne.
      P.S. Baveuse, moi?!

  7. Mme Bouchard! WOW! Je termine à l’instant votre livre Crématorium Circus et, vraiment, j’ai adoré!! La complicité auteur-lecteur était très divertissante et les personnages si caractérisés qu’il était impossible de lire vos mots sans visionner mentalement le film des évènements.

    J’ai beaucoup aimé et lirai sans aucun doute vos autres ouvrages 🙂

    Merci!

  8. Bonjour Roxanne,
    Je suis tombée par hasard sur Whisky et paraboles. Le choix de vos mots me chavire. J’aurais voulu les dire, les écrire. Sauf cette petite Amorosa, tout me rejoint : ce grand vide, cette quête, cette recherche d’une nouvelle vie, d’une nouvelle passion… Avoir les bons mots, si bien cerner ce moment de vie… sur ma vie – ses hauts et ses bas – de femme de 50 ans. Merci. 😉

    1. Bonsoir Johanne,
      Ça fait plusieurs années que j’ai publié ce roman. C’était mon premier livre et j’y avais mis beaucoup de temps, de coeur. Ça me fait extrêmement plaisir que des gens, huit ans plus tard, m’en parlent encore.
      Merci mille fois.

  9. Bonjour Roxanne,

    Je viens de terminer la lecture de ton livre et celui de Patrick Kegle En terrain miné. J’aimerais vous remercier tous les deux pour ce beau partage de votre correspondance. Vous êtes des personnes touchantes avec une belle plume. Comme le mentionnait une autre lectrice, je suis passée par toute les gammes d’émotions.

    En passant, je suis une ancienne de tes étudiantes (vers 1996 déjà!). Je garde un beau souvenir de toi et le mot qui me vient encore a l’esprit pour te decrire est authenticité. Avec ta longue chevelure doree bouclée, tu me faisais penser aux personnages tires des romans de l’époque romantique! Tu m’avais beaucoup aide a apprécier la littérature et tu avais pris le temps de me donner des explications, car parfois je n’y comprenais plus rien!

    Merci beaucoup et bonne continuite!

    Virginie Turgeon, une ancienne étudiante

    1. Salut Virginie!
      Tu es vraiment ultra gentille de t’intéresser à ce que j’écris! Je suis très touchée par ton mot — c’est drôle à quel point mes anciens étudiants gardent une place tendre dans mon coeur.
      Merci. Merci beaucoup.

      1. L’effet est réciproque: c’est drôle à quel point tu gardes une place tendre dans le cœur de tes anciens étudiants!

        Un plaisir de rester dans ton horizon, ça m’aide à maintenir le cap!

        À bientôt!

  10. Salut! J’ai lu Nous étions le sel de la mer sur le bord de la rivière Bonaventure dans la Baie des Chaleurs, in situ pour ainsi dire! Beaucoup d’émotions! La page 212 je crois m’a arraché une larme. En effet, qui prendra soin de ma petite boîte au bout de la route? Je t’embrasse et à très bientôt…
    xxx
    Sylvain

  11. Bonjour Roxanne, je viens de terminer Nous étions le sel de la mer…Quel plaisir.Certaines phrases sont des poèmes en soi. Ex: « Nichés à flan de falaise, les cormorans paisibles qui ont fermé leurs ailes pour la nuit hésitent à les rouvrir » Il faut avoir une âme de poète pour avoir ces « tournures » de phrases. la Gaspésie ne sera plus jamais la même pour moi. merci

    1. L’amour du Québec (de sa langue, de ses paysages, de ses accents, métiers, couleurs…) anime toute ma recherche d’auteur. Que vous aimiez juste un petit plus la Gaspésie après avoir lu Nous étions le sel de la mer, c’est toute une victoire pour moi! Merci de votre commentaire!!!

  12. Bonjour Roxanne ! Suite à la recommandation de la chronique du livre à salut bonjour, j’ai fait l’acquisition de ton livre « Nous étions le sel de la mer »….étant gaspésienne le sujet m’attirait grandement. Après les premières pages je réalise que l’histoire se passe a Caplan, le havre de pêche , le quai, les pêcheurs dont les noms que je connais, notre cher Renaud Boissonneault …..et bien oui je suis de Caplan…..je plonge dans l’histoire, deux jours et le livre est terminé ! Merci pour cette belle ouvrage, agréable a lire, j’en retire même une morale avec Cyrille, parce que ce cher Cyrille est tout un personnage…..dans le livre mais dans la vraie vie aussi! Merci de m’avoir fait voyager sur l’eau ……j’y serai demain, spécialement pour toi ! Sur cette belle horizon que je contemple a tous les jours….merci a la vie de m’avoir mis la Baie des chaleurs dans mon champs de vision de tous les jours!

    Louise ?..une caplinoise !

    1. Allô Louise!
      Je suis très heureuse de savoir que j’ai un peu réussi à traduire le si bel univers dans lequel vous vivez! Toutes mes salutations à Renaud, à Cyrille et, évidemment, à vous!
      Amusez-vous bien sur l’eau!!!

  13. J’ai entendu parler de vous il y a quelque temps. Comme je suis une Caplinoise pure laine vivant en Outaouais, j’aimerais savoir ce qui vous a amenée a écrire un livre ou l’action se passe a Caplan. Je vais acheter votre livre lequel me rappellera sans aucun doute de bons souvenirs.

    1. Bonjour Madame Gendron!
      En fait, je me demande comment ça se fait qu’on n’écrit pas davantage sur la Gaspésie. Il y a là un univers inspirant, étonnant et rempli d’histoires pour un romancier!
      J’y suis allée plusieurs étés d’affilée et je suis devenue amoureuse de votre coin de mer. Voilà pourquoi j’y ai ancré mon dernier roman.
      Bonne lecture!

  14. Bonjour, je viens de terminer ‘Nous étions le sel de la mer’. J’ai rit et pleuré et j’ai été bouleversée par les personnages plus vrais que nature… Des personnages touchants qui pourraient être notre soeur, voisins ou amis ou connaissances rencontrés au fil de notre vie. Quelle belle histoire et quelle belle vision réaliste de la Gaspésie! La mer si présente, semblable et différente pour chacun. Merci pour cette belle lecture, à la prochaine.

  15. Madame Bouchard,

    Vous êtes mon coup de coeur de l’année! Vous ne pouvez savoir à quel point votre roman m’ a réjouie ! L’intrigue bien ficelée, l’univers poétique, le vocabulaire marin, les personnages plus vrais que nature.

    Vous avez tellement bien saisi l’âme gaspésienne !

    Jacques Ferron, qui a pratiqué à Rivière-Madeleine, a vanté le talent de conteurs des gaspésiens et apprécié leur langue vernaculaire.
    .
    Merci pour ce merveilleux roman ! Ce fut un moment de grand bonheur !

    Francine Dandurand
    MTL

  16. Bonjour Mme Bouchard, je viens de terminer votre livre « Nous étions le sel de la mer ». C’est le premier livre que je lis de vous et je suis tout de suite allé chercher « Whisky et paraboles » pour y retrouver une autre parcelle de votre univers. Que j’ai aimé vous lire. J’ai été très touchée, j’ai bien rit et souris aussi. En fait, j’ai passé une semaine avec vous à vivre de si beaux moments au lever et au coucher. J’ai trouvé votre écrit puissant d’évocation. J’étais au bord de la mer avec vous. Merci, grand merci et surtout merci de continuer d’écrire.

  17. Je suis chaviré.
    Je viens de terminer  » Nous étions le sel de la mer « .
    Je pleure encore et aucun livre ne m’a fait couler une seule goutte d’eau salée avant aujourd’hui. J’ai ri aussi. Beaucoup.
    Merci pour ce beau moment. On dit pour ce beau moment ou de ce beau moment?
    Le temps d’une vague, j’ai oublié le temps…
    Merci encore.

    Martin Anctil

  18. bonjour Madame,
    la bibliothèque de Lectoure (Gers) propose 3 livres québécois chaque été; je viens de terminer « nous étions le sel de la mer » qui m’a renvoyé à « il pleuvait des oiseaux » que j’avais tellement aimé et qui reste très présent à ma mémoire; même tornade épique, même suspense dans l’enquête, et les thèmes de la solitude, du retirement du monde, de la fin choisie, du personnage central (la foret et la mer) dans tous ses états. Sans compter la qualité de la construction.

    merci beaucoup de m’avoir donné tout ce plaisir;

    B. Fraissignes

    1. Bonjour! Quel mot inattendu! Je suis allée jeter un oeil sur la carte de la France pour vous trouver! Ça donne envie d’aller vous voir!
      Merci de la flatteuse comparaison et bon été!

  19. Pont l’évêque, Pays d’Auge, Calvados.
    Jeudi 21h20.
    j’achève à l’instant la lecture de « nous étions…. »
    24h00 de mes vacances pendant lesquelles je suis resté accroché à cette lecture, ce roman m’a littéralement embarqué. A chaque pause j’avais hâte d’y revenir pour les retrouver et me délecter de leur langue, saint ciboire de calice!.
    Lecture achevée, je me retrouve, comme certaines fois on l’est, orphelin de ces personnages hauts en couleurs, mais aussi de l’atmosphère de la Gaspesie dans laquelle vous m’avez plongé, de son Peuple de gens modestes, simples, courageux, au caractère bien trempé.
    Merci Roxanne pour ce bon moment..
    jean pierre.

  20. Je suis native de la ville de Gaspé et la mer m’appel au moins une fois par année. Cette lecture débordante de charme me donne la nostalgie de ma vie en Gaspésie. Les odeurs, les paysages, l’accent, tout est si véridique et l’histoire nous amène dans un univers durement romantique. Bref, je viens tout juste de terminer la lecture de «Nous étions le sel de la mer» et je tiens à vous dire MERCI.

  21. Il manque Rififi à la bibli dans votre bibliographie, section nouvelles 2015. Je m’apprête à le lire à voix haute.

  22. Je vien s de terminer votre livre, Nous étions le sel de la mer. Il m’a enchantée. Gaspésienne d’adoption, je m’y suis sentie à la fois proche, ala fois observatrice. Du bonheur ressentie par votre écriture poétique et créatrice.
    Continuez votre talent est bien présent.

  23. Bonjour Roxanne,
    Je viens de terminer Nous étions le sel de la mer et votre roman est mon gros coup de coeur de l’année. Bravo pour cette écriture merveilleuse tantôt poétique tantôt vraiment très drôle. J’ai retrouvé avec plaisir la parlure québécoise et la Gaspésie que j’ai eu la chance de visiter il y a 2 ans. J’ai hâte de découvrir vos autres romans (je suis très étonnée que vous ne soyez pas éditer en France. Bizarre !)
    Bonne continuation et encore un grand merci pour ce merveilleux moment de lecture.

  24. Je termine « Nous étions le sel de la mer ». Je me suis sentie accompagnatrice de chacun de vos personnages: j’humais la mer salée, je scrutais l’horizon, j’écoutais les vagues. Quelle belle écriture. Merci !

  25. Bonjour Roxane,
    Je suis tombé par hasard sur votre livre (Whisky et paraboles) à ma bibliothèque municipale. J’ai été charmé par les divers thèmes, mais également par la manière de les traiter. Ja vais sûrement lire vos autres créations. Bonne continuité!

  26. Je viens de terminer « Nous étions le sel de la mer » alors merci 🙂 J’ai beaucoup ri, aux éclats même, en lisant certaines idées (moi qui connaît et adore Caplan en tant que touriste), puis l’intrigue m’a obligée de ne plus lâcher jusqu’à la fin. Vous êtes une écrivaine travaillante très certainement car la recherche et la justesse ne trompent pas, je vous félicite de travailler aussi bien et encore une fois, bravissimo et merci.

  27. Bonjour, je viens de terminer Nous étions le sel de la mer, merci pour ce roman qui met du baume sur le coeur, qui fait rire et pleurer, mais qui fait du bien. Délicieux, savoureux, ce fut un pur délice.
    J’écris depuis un an, j’ai tout pour ce qu’il faut, soit les personnages, le lieu, le comment, le pourquoi, mais je n’arrive pas à tout mettre ensemble. Je suis plutôt du genre Polar noir.
    Auriez vous un conseil?
    Merci pour votre si belle écriture.

    1. Bonjour Caroline,
      Merci pour tes généreux commentaires.
      Il n’y a pas beaucoup de trucs secrets. Pour écrire, il faut s’asseoir et… écrire. Entreprendre un brouillon, le reprendre et le reprendre encore.
      Je suis à l’écriture d’un petit livre sur la création que j’aimerais publier l’an prochain, peut-être pourra-t-il t’être utile?
      Bonne chance, lâche pas!

      1. Merci beaucoup pour votre réponse, c’est vraiment apprécié. Oui, votre livre me serait certainement utile, juste me dire où je peux me le procurer.
        Bien à vous,
        Caroline

  28. Bonjour, je viens de terminer (en 2 jours)  » Nous étions le sel de la mer  ». Je suis émue devant tant de vérités concernant les Gaspésiens. J’ai beaucoup ri et je suis émerveillée devant votre plume. Bravo !

  29. Bonjour Mme Bouchard
    Je viens de terminer votre livre 5 balles dans la tête. Ça été une lecture très intéressante. Mon conjoint est parti en tant que trucker sur la roto de l’enfer en 2009 et je rentre dans l’armée comme infirmière le 13 janvier 2018. Je crois que la lecture de votre livre est un must pour tout militaire en devenir. Je lisais et mon conjoint disait: oui je suis allé là, etc. Bravo à vous !!!

    1. Bonjour Cynthia,
      Merci beaucoup de votre lecture et d’avoir pris le temps de m’écrire. Je vais transférer votre message aux gens qui ont participé au livre.
      Soyez prudents, vous et votre conjoint.

  30. Bonjour Mme Bouchard,
    J’ai lu en moins de 24 heures votre livre “5 balles dans la tête”. Je vous remercie d’avoir pris le temps d’écrire un tel livre et je remercie tous les gens des FAC de s’être ouverts ainsi. Je suis la typique québécoise qui a toujours eu des difficultés à comprendre pourquoi nous avons des soldats au Canada ou qu’on fait la guerre. Votre livre m’aide à réviser mes positions.
    Cette dernière année, j’ai découvert que quelques-uns de mes collègues sont dans la réserve et au moins un est entré dans l’armée régulière. Je suis prêtre anglicane et mes collègues sont donc Padre. J’ai d’anciens combattants dans mes congrégations, j’officie lors de célébrations religieuses le Jour du Souvenir, etc.
    Votre livre m’aide à mieux comprendre et m’aidera à être une meilleure intervenante spirituelle auprès de mes paroissiens qui ont déjà été dans l’armée. Ces gens ne devraient pas garder tout ceci en eux. J’espère pouvoir mieux aider ceux qui viendront me voir dans l’avenir.
    Merci beaucoup.
    Josée

  31. Roxanne, je termine la lecture de tes deux livres sur le monde militaire, je veux te remercier des mots tendres et bouleversants que tu a su exprimer sur la vie nos militaires. J’ai un immense respect pour ta démarche audacieuse et persévérante depuis le premier courriel reçu du Caporal PAtrick Kègle. Ton oeuvre est profonde parce qu’elle est faite avec coeur et puis tes militaires on les aime. Tes propos se tiennent debout sans artifices, sans clichés. J’ai pleuré, j’ai ris et j’ai beaucoup appris. C’est aussi ton histoire à toi que tu nous as livrée. L’évolution du rapport que tu développes avec les militaires a nourrie ma lecture et pour cela je suis marquée. Sincėrement merci ! TRansmets mes respects au Caporal Kėgle.
    Sylvie

  32. Bonjour,
    Après la lecture de “5 balles dans la tête”,je me dis que tous les canadiens devraient lire ce livre pour comprendre vraiment la “job” dans les Forces Armées Canadiennes.Cela éliminerait bien des idées toutes faites pour ne pas dire préjugés envers les FAC.Je ne regarderai plus jamais un membre des FAC du même oeil qu’avant la lecture de ce livre…Bravo!!

  33. Je viens de terminer, triste mais heureux, Nous étions le sel de la mer. Bravo pour cette création, pour vos personnages, pour l’humour et l’amour que vous y avez mis. J’ai adoré.

    Hâte de découvrir ce que vous avez produit d’autre.

    Salutations

    1. Merci! C’est encourageant!
      Je viens de terminer l’écriture du second Moralès, qui se passe à Gaspé. Ma première lectrice est en train d’y jeter un oeil.
      Je croise les doigts. 😉

Répondre à Fraissignes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s