Des fois, l’inattendu t’arrive. 
T’es assise chez vous, tu sirotes un café, et tu reçois un courriel d’un soldat… Tu réponds, parce que le soleil est du bon bord et que la curiosité te chatouille. T’es fine, mais un peu baveuse. Ouais. Parce que ça te tente de challenger un goon de l’armée pis que t’as rien à perdre.
Tu le sais pas encore, mais huit ans plus tard, faudra que t’avoues publiquement que t’étais une petite baveuse.
 
Merci à Guy A. Lepage et à Dany Turcotte pour leur curiosité, et à toute la gang de Tout le monde en parle.
 
Merci à mon éditeur, Martin Balthazar, à ma relationniste de presse, Myriam Comtois, à toute l’équipe de VLB éditeur. 
 
Merci à vous d’être là.
 
Publicités