— Les Afghans qui venaient pour entrer dans la police, ils étaient jeunes, souvent gelés – un papillon qui passait était suffisant pour qu’ils perdent complètement le fil de la discussion. Pis on savait jamais si on pouvait leur faire confiance.

— C’était jamais le même monde. D’un jour à l’autre, y en a qui apparaissaient, d’autres qui disparaissaient…

— Y avait des jeunes qui venaient s’enrôler pis, au bout du mois, quand arrivait la paye, ils disparaissaient. Avec la paye, pis avec le gun. Ils venaient se chercher de l’argent pis un AK-47.

Jonathan L'Heureux à Kaboul.
Jonathan L’Heureux à Kaboul.

— Y a eu un chef de police qui avait été arrêté parce qu’il était directement impliqué dans des frappes IED, dont une qui a blessé gravement un de nos MP. D’autres chefs de police faisaient du trafic de drogue avec des talibans.

— Avec des équipes comme ça, c’est difficile de bien faire ta job de mentorat.

Extraits de 5 balles dans la tête

En librairie dès le 1er novembre 2017.